Temoignages de l’oral

Voici les témoignages de quelques étudiantes en orthophonie ayant passé l’oral en 2015, 2014, 2013

Ces témoignages sont là pour vous rassurer, que vous puissiez vous rendre compte du genre de questions auxquelles vous pouvez être confrontés… Mais ce n’est en rien une valeur sûre: chaque cas est différent, les questions et exercices pouvant changer. Le plus important, c’est de bien se préparer!

« Le hasard ne favorise que les esprits bien préparés. »

Louis Pasteur

Témoignages des oraux 2015

Page I

Page II

Page III

Page IV

 

 

 Témoignages de l’oral 2014

  • Premier témoignage

« Je suis arrivée sur le lieu de l’oral vingt minutes avant. Lorsque je suis arrivée, on m’a gentiment dit d’aller attendre dans une salle où se trouvaient déjà quelques candidats. J’ai ensuite émargé. Peu de temps après, une dame est venue et m’a fait entrer dans une salle de classe. Le jury était composé de deux personnes, une orthophoniste et un neurologue, qui ont tout de suite réussi à me mettre à l’aise. Ils avaient vraiment l’air bienveillant. Après m’être installée, l’oral a commencé ! On m’a tout d’abord demandé de me présenter et de dire mon parcours, et puis si j’avais eu différents concours. Ensuite, je devais dire ce que je pensais du secret médical. Le tout s’est fait très naturellement, on aurait vraiment dit que c’était une conversation « normale ». Est ensuite venue la partie technique. On m’a demandé de répéter des suites de chiffres de plus en plus longues mais relativement simples, ainsi qu’une phrase et quelques logatomes. J’ai également dû écrire une phrase dictée et chanter la chanson de mon choix. Enfin, le jury m’a demandé si j’avais des questions. Sur le coup, j’étais si stressée que rien ne m’est venu en tête, alors j’ai tout simplement répondu que je n’en avais pas et que je les remerciais de me l’avoir demandé. Les quinze minutes sont passées à une vitesse folle ! Je pense que la clé est de rester soi-même, d’être souriant et dynamique ! Il faut montrer qu’on sait pourquoi on est là ! 😉

  • Deuxième témoignage

Témoignage 2

  • Troisième témoignage

Témoignage 3

  • Quatrième témoignage

Témoignage 4

  • Cinquième témoignage

Témoignage 5

Témoignage de l’oral 2013

  • Premier témoignage
    «
    Après avoir beaucoup tourné en voiture pour trouver où me garer, couru pour ne pas être en retard, je suis enfin arrivée dans une salle où une personne très gentille m’a accueillie et m’a demandé d’attendre mon tour avec les autres filles qui étaient là.On est alors venu me chercher, ça y est c’était parti ! Dans la salle, un homme et une femme, un psychologue et une orthophoniste, qui se sont présentés, ce qui m’a mise à l’aise. Ils m’ont demandé d’en faire de même : qui j’étais, d’où je venais, ce que j’avais fait avant. Ils rebondissaient sur ce que je disais pour en savoir plus sur moi, mes motivations, mon expérience. Il suffit alors d’être soi-même, c’est un moment d’échange.Vient ensuite la partie des exercices : répéter 3 suites de 7 ou 8 chiffres, répéter deux phrases (dont une que je n’ai pas répétée parfaitement, comme pas mal de candidats d’après ce qu’ils m’ont dit), et bien sûr, chanter une chanson ! Juste un refrain, et même pas de questions à propos du choix de la chanson (à mon grand désespoir car c’était ce que j’attendais !). Pour finir, ils m’ont demandé si j’avais des questions, j’en ai profité pour en savoir plus sur l’organisation des études suite à la réforme.
    L’entretien a duré 15min environ, ça passe très vite pour montrer ce qu’on a à montrer et dire ce qu’on a à dire. Mais déjà, du sourire, de l’énergie, de la motivation, ça aide ! 🙂»
  • Deuxième témoignage
    «Le jury était composé de 2 femmes qui se sont présentées et m’ont mise à l’aise.La notation : La note finale est composée de la moyennes de notre note au 1er groupe d’épreuves et de celle du 2è groupe d’épreuves, en tenant compte des coefficients suivants : pour le 1er groupe d’épreuves, langue coef 2 et culture gé coef 1. Pour le 2è groupe d’épreuves : oral coef 2 et rédaction coef 2 (incluant dictée coef 1 et résumé discu coef 1).
    – Chanson
    – Exercices techniques : lire un texte sans ponctuation (j’ai buté sur plusieurs mots)
    Elles m’ont demandé de parler de mes expériences du métier d’orthophoniste (j’ai parlé de mon stage, et de ce que m’avaient apporté mes loisirs pour le métier)
    Pourquoi l’école de Caen ? Si j’avais eu d’autres concours ? (oui j’avais Paris mais j’ai expliqué que je préférais Caen, petite promo, plus proche de chez moi)
    C’est passé très très vite et en ressortant je trouvais que j’avais oublié de dire plein de choses, je ne pensais pas non plus avoir mal géré l’entretien mais je ne savais pas du tout comment me situer et au final j’ai été classée 8è sur liste complémentaire et j’ai été rappelée début juillet.»
  • Troisième témoignage
    «Je suis passée à peine 2 heures après avoir fini l’épreuve écrite, suffisant pour avoir le temps de stresser! Mais une fois face aux 2 orthophonistes (très agréables) qui constituent le jury, ça passe super vite!Il y a tout d’abord eu quelques exercices : lecture d’un texte, lecture de logatomes assez simples, écriture d’une phrase dictée, rétention de phrase, rétention de chiffres (7 maximum), chanson.
    Puis une seconde partie plus libre, où j’ai du présenter mon parcours et mes motivations. Elles m’ont demandé si j’étais admissible dans d’autres écoles, si j’avais une préférence pour Nantes (ma ville d’origine). Enfin elles m’ont posé des questions par rapport aux stages d’observation que j’ai effectués en cabinet d’orthophonie et en classe de CP:
    – Qu’est ce qui vous a surpris lors de votre journée d’observation en cabinet d’orthophonie?
    – Si en tant que stagiaire dans une classe de CP un enfant se confie à vous à propos d’une éventuelle maltraitance qu’il subit, comment réagiriez-vous?
    Et voilà, au bout d’à peine un quart d’heure c’est déjà fini!!»
  • Quatrième témoignage
    « Je suis la première à passer de la matinée. J’arrive dans une salle de classe vide où je dois attendre que les examinatrices viennent me chercher. Au bout d’un petit quart d’heure (j’étais venue un peu en avance au cas où !), une des deux examinatrices (toutes deux orthophonistes) vient me chercher et m’amène dans une autre salle de classe. Je m’installe donc face à elles. L’épreuve orale commence par des exercices, qui ne sont pas compliqués si on s’est bien entraîné chez soi. Tout d’abord un texte à lire à haute voix, puis une série de logatomes. Ensuite elles nous dictent une phrase et nous demandent de l’écrire sur un papier. Pour finir quelques exercices de rétention, d’abord deux phrases assez courtes à répéter ainsi qu’une série de chiffres (jusqu’à 7). Elles nous demandent ensuite de chanter une chanson, pas longue, elles m’ont coupé assez rapidement. J’ai juste buté sur un logatome et sur quelques mots du texte à lire, alors que la veille sans stress j’en avais lu des dizaines sans me tromper une seule fois ! Mais aucune erreur sur la suite de chiffres et la suite de phrases alors que ce n’était pas mon fort à l’entrainement… comme quoi…
    A la suite de ces séries d’exercices, débute l’entretien de motivations. Il ne nous reste plus beaucoup de temps pour donner toutes nos motivations alors il ne faut pas hésiter ! Elles m’ont simplement demandé de me présenter et de présenter mon parcours. Elles rebondissent ensuite sur ce qu’on leur dit pour nous poser d’autres questions. L’entretien s’est terminé par une question « piège » à laquelle je ne m’attendais pas du tout, qui était très précise, dans mon cas sur la conduite à tenir dans le cas d’un enfant maltraité. Je pense que cela servait davantage à vérifier notre capacité à ne pas se laisser déstabiliser, et que plus que notre réponse à cette question, elles attendent de voir notre réaction… Le maitre mot : rester calme et souriante en toute situation ! »